Notes préliminaires au site codeig.net :

Appel :
http://www.aredam.net/une-bouteille-a-la-mer-a-l-adresse-des-dissidents-de-la-planete.html

Lire l'introduction au site codeig.net (13 janvier 2012) :
http://www.aredam.net/introduction-au-site-codeig.html

La question juive dévoilée
Vers l'homme libre, reconstruire notre lien à l'univers, au-delà des âmes mortes : http://www.aredam.net/la-question-juive-devoilee.html

Voir le site internet http://www.tribunal-religieux-de-nuremberg.net

 

 

 

 

Avis important
au sujet des attentats
(fichier mis à jour le 30 septembre 2005

state-of-siege.html

belagerungszustand.html

Dessin : Dictature biocidaire planétaire.

 

CODEIG :

Voir le dessin récapitulatif du problème de fond traité par Codeig.

Compréhension et dépassement de l'idée de génocide par l'étude du cas unique dans toute l'histoire de l'humanité, et exemplaire, du génocide en cours de perpétration en Palestine, de sa population originelle, par les colonisateurs juifs sionistes.

Codeig est une association non encore inscrite au journal officiel, mais déjà en voie d'interdiction : il est interdit de dénommer génocide ce qui se passe en Palestine, et de dire que certains, dont les fonctionnaires français de l'appareil judiciaire ( juges et procureurs ), policier, politique et autres, sont complices de ce génocide, c'est à dire qu'ils sont des génocidaires eux-mêmes.

 

Annonce du jugement rendu le 15 septembre 2005 :
Rejet de la demande de dissolution de l'association codeig, et condamnation aux dépens du Parquet. Rejet d'une éventuelle demande d'exécution provosoire. A suivre en raison de l'appel probable de cette décision par le Parquet.

 

Voici la copie du texte de l'assignation au Tribunal, pour décider de la légalité de l'association CODEIG, écrite par la Vice-procureur Madame Sylvie KACHANER,
( voir à la suite, le véritable objet de l'association CODEIG ) :

 

Pour suivre cette affaire en cours, voir le fichier :
http://codeig.net/sylvie-kachaner-genocide-palestine.html
mise à jour le 18 septembre 2005

 

Réveillez-vous, nous épuisons les dernières réserves de pétrole.
http://www.oilcrisis.com
Voir aussi l' Article : La fin imminente du pétrole.
Voir aussi le site de l' Aspo  : Association for the study of peak oil

Pas de site internet en français concernant la question cruciale de la fin du pétrole. Pourquoi ?

 

Partie générale du site :

1 - Documentation générale

Bibilographie mise à jour le 8 octobre 2005.

Textes-généraux et dessins mise à jour le 13 octobre 2005.

Opérations sionistes de propagande de dissimulation du génocide de Palestine
mise à jour le 21 août 2005.

2 - L'appareil étatique français instrument du sionisme mondial.

1 - Procédures anti-génocidaires menées au Palais de Justice de Paris.
Mise à jour le 30 septembre 2005.
( partie en cours de réalisation )

 

 

Exposé des faits :

Le bureau des associations de la Préfecture de police de Paris a été rendu destinataire le 31 mai 2005 d'une déclaration d'association intitulée " Compréhension et dépassement de l'idée de génocide - CODEIG ".

Conformément à l'article 5 de la loi du 1er juillet 1901, la Préfecture a délivré le récépissé constatant le dépôt de cette déclaration tout en appelant l'attention du parquet de Paris sur le caractère éventuellement illicite de l'objet de l'association, tel qu'il est exposé par son président M. Michel DAKAR.

[ note : le dépôt à Paris d'une association dans ce coupe gorge qu'est la Préfecture de police, qui est entre autres abominations le haut lieu des massacres des milliers d'Algériens sous le Préfet Papon en 1960, Préfet dont moi-même ai obligé le musée de la police à retirer la photographie, ce dont je suis d'autant plus fier que pour garder la face, ils ont dû retirer les photographies de la moitié de tous les Préfêts qui ont sévi dans cette sinistre officine, donne le sentiment de se dénoncer soi-même à une bande de tortionnaires et de bourreaux, qui ont le culot de se parer de l'honnêteté, de l'humanisme, de la bonne foi, et de la justice. ]

 

L'analyse de l'exposé de l'objet social :

 

Sous l'intitulé à caractère général " compréhension et dépassement de l'idée de génocide ", assez peu explicite bien que laissant à penser que le génocide serait une " idée " et que celle-ci pourrait être " dépassée ", le Président de cette association développe la thèse selon laquelle, au début de l'histoire de l'humanité, serait née une forme de vie " collaborante ", réunion d'individualités, promesses d'épanouissement qui aurait été brisée par l'apparition qu'il a assimilé à une " maladie ", à une " malformation ", d'une nouvelle forme de vie " non collaborante ", fondée sur la concurrence, sur l'antagonisme ".

Cette nouvelle forme de vie aurait, précide-t-il, réussi à prendre le dessus sur la précédente, en s'imposant, au fil du temps, grâce à " sa propre descendance ", pour en définitive imposer sur terre " le règne universel de la peur ".

Aujourd'hui, l'auteur de ces lignes soutient que cette force fondée sur la concurrence " se nomme la morale génocidaire ", qu'elle est véhiculée par le judaïsme, qui est sa " colonne vertébrale psychique ", et qu'elle est responsable notamment des problèmes d'environnement ainsi que des " maladies immunitaires et des cancers ".

L'auteur de ce texte poursuit en affirmant que la " norme morale en Israêl légitime le génocide du peuple palestinien " et en accusant les " juifs sionistes " d'effacer " les traces matérielles de l'existence passée de leurs victimes en Palestine " et finit par les qualifier de " génocideurs " qui " se feraient passer eux-mêmes pour les victimes d'un génocide et terroriseraient le monde entier en prenant cela pour prétexte pour criminaliser et poursuivre en justice tous ceux qui les dénoncent pour ce qu'ils sont, soit des authentiques génocideurs, et les plus accomplis d'entre eux ".

Reprochant aux médias de se faire le relais de cette morale qu'il dénonce, le Président de l'Association met également les institutions judiciaires en cause et visant plus particulièrement M. yves BOT, Procureur Général Près la Cour d'Appel de Paris ainsi que Nicolas BONNAL, Président de la 17 ème Chambre du TGI de Paris, critique un jugement rendu le 16 novembre 2004 dont il résulte, selon l'auteur qui le déplore, qu'il est " diffamatoire d'accuser de génocide et de crime de guerre les juifs israéliens ".

La démonstration du caractète illicite et contraire aux lois de l'objet de l'association ( article 3 de la loi du 1er juillet 1901 ).

La postulat du texte critiqué, en opposant les forces " collaborantes ", supposées bonnes parce que sources d'épanouissement, aux forces " non collaborantes ", responsables de la destruction des premières et qui trouvent leur prolongement dans l'époque actulle, sous la forme d'une " morale génocidaire ", portée par le " judaïsme ", introduit l'idée d'une différence entre les religions et donc ceux qui y adhèrent ou la, professent, dont certaines sont clairement identifiées comme ayant une influence néfaste.

[ note : Madame KACHANER lit " forces " quand j'écris " formes de vie ". Là réside et s'expose clairement toute la perversion de cette personne, qui ne peut voir le monde qu'en terme de rapport de force, de domination, d'exploitation, de sélection, de séparation, d'antagonisme, de racisme et de génocide. Madame KACHANER est un exemple type d'individu conditionné par la morale génocidaire ]

A cet égard le texte est révélateur, si la " morale génocidaire " au sens de l'auteur " morale de la peur, de la concurrence qui est à l'origine de la peur ", s'est répandue dans le monde occidental qui domine le monde actuel, c'est parce que la colonne vertébrale " psychique " de celui-ci est le judaïsme et le christianisme son premier schisme expansionniste. ( Cf. Page 2 § 3 ).

Dès lors les auteurs des statuts de l'association CODEIG n'hésitent pas à écrire " Puisque la norme morale en Israêl légitme le génocide du peuple palestinien, le génocide doit être la norme universelle, norme génocidaire universelle qui existerait chez tous les autres peuples ". ( Cf 2 § 7 ).

Et plus loin dans le texte ( page 2 § 13 ) En fait c'est la norme morale israélienne qui s'impose au monde entier ( ... ) norme morale qui légitme l'élimination d'autrui, en masse ou individuellement. la morale génocidaire devient donc par le fait du judéo-sionisme, la norme universelle ".

[ note : ce qu'il y a entre les parenthèse est : " On en a la preuve à travers le texte de l'EUMC ". Y aurait-il un problème avec l'EUMC, qui est une officine de propagande sioniste qui se camoufle en organisation de l'Union Européenne, et qui est spécialisée dans la chasse aux opposants au génocide de Palestine ? ]

Et encore : " Cette norme d'idée sous-jacente à l'esprit judéo-chrétien craque enfin sa gangue épaisse d'hypocrisie constituée " des droits de l'homme et du Citoyen " qui ne font qu'enrober le désir et la détermination de dominer, d'exploiter et d'éliminer tout autre que soi-même ".

De l'exposé de ces " postulats " il résulte que :

- la religion juive et ceux qui la professent ou y adhèrent ont érigé en norme universelle le droit au génocide, qui n'aurait plus rien de répréhensible, ne serait plus à leurs yeux un crime contre l'humanité tel que définit non seulement par le code pénal mais aussi dans les normes internationales.

- la propagation de cette idéologie pervertie serait leur norme.

[ note : " idéologie pervertie " : une idéologie est un discours de légitimation de la violence des uns sur les autres. C'est la justification de la domination, de l'exploitation, de la ségrégation, du racisme et du génocide. Pour Madame KACHANER, qu'il y ait des idéologies perverties montre que pour elle il y a de bonnes idéologies, donc de bonnes dominations, exploitations, ségrégations, racismes et génocides ].

- Que de même la communauté juive n'aurait d'autre but que de dominer, exploiter, éliminer et serait donc une force du mal par opposition aux forces " collaborantes " décrites dans le préambule de l'objet de l'association.

[ note : encore le mot " force " à la place de " forme de vie ", Madame KACHANER que connaît et ne peut exister que dans un état de force, de violence ].

- De même que la religion juive, l'Etat d'Israêl est visé sans distinction et donc tous les nationaux de cet Etat.

Dans le prolongement de " ces idées ", l'ensemble des ressortissants israéliens est accusé de génocide à l'encontre du peuple palestinien. C'est ce qui découle du huitième paragraphe des stauts de l'association en page 2 " le génocide a été défini ( ... ) comme la disparition programmée d'une population, par la destruction de son identité en tant que peuple, destruction qui n'est pas forcément physique, mais de ses structures économiques et culturelles, de ses institutions sociales et politiques, de sa mémoire historique, de son langage, de la sécurité personnelle, de la liberté, de la santé, de la dignité, et même des vies des individus qui le composent ce qui est la situation vécue par le peuple de la Palestine occupée par les envahisseurs juifs sionistes ".

[ note : voici le texte réel :

Le concept de génocide a été défini par son créateur, Raphaël Lemkin, un juriste juif polonais réfugié aux USA, en 1944, comme la disparition programmée d'une population, par la destruction de son identité en tant que peuple, destruction qui n'est pas forcément physique, mais de ses structures économiques et culturelles, de ses institutions sociales et politiques, de sa mémoire historique, de son langage, de la sécurité personnelle, de la liberté, de la santé, de la dignité, et même des vies des individus qui le composent, ce qui est la situation vécue par le peuple de la Palestine occupée par les envahisseurs colonisateurs juifs sionistes. Raphaël Lemkin prenait d'ailleurs comme exemple type, la colonisation de peuplement.

Raphaël Lemkin a été là volatilisé par Madame KACHANER. Pourquoi ? ]

Les termes " Juifs sionistes " ne peuvent dans le contexte même du texte que viser à tout le moins tout national israélien voire tout juif accusés de crime contre l'humanité et qui vont jusqu'à effacer les traces passées de l'existence de leurs victimes en Palestine ( Cf p. 2 § 9 ).

[ note : Là, c'est extrêment grave, car Madame KACHANER dénie que les Juifs sionistes ont rasés environ 500 agglomérations palestiniennes, dont ils ont tenté d'effacer même les fondations, dont ils ont effacé les noms sur les cartes. Je vais porter plainte contre elle pour ce déni qui constitue une complicité active dans le génocide
en cours de Palestine voir le texte de la plainte adressée le 5 juillet ].

Cette interprétation est renforcée par le paragraphe qui suit :

" De même Raphaël Lemkin n'a pas imaginé que les génocideurs( ... ) terroriseraient le monde entier, en prenant cela pour prétexte pour criminaliser et poursuivre en justice tous ceux qui les dénoncent pour ce qu'ils sont, soit des authentiques génocideurs et les plus accomplis d'entre eux ".

Ce passage reprend et la renforce l'accusation à l'encontre des israéliens du chef de génocide, mais elle englobe aussi l'ensemble de la communauté juive qui s'y associerait au prétexte qu'elle aurait été victime d'un génocide.

[ note : Madame KACHANER est visiblement une ardente défenseuse de l'Etat
d'Israël, ce n'est plus là, la vice-procureur de la République française, mais celle de cet Etat théocratique, raciste et génocidaire, qui se définit lui-même comme l'Etat juif, l'Etat des Juifs, et dont sur les cartes d'identité de ses ressortissants, il n'est pas inscrit israélien, mais juif ]

L'ensemble de ces passages est constitutif de provocation à la haine à la violence à la discrimination envers un groupe de personnes à raison de leur origine, leur appartenance ou non apparatenance à une race une ethnie, une nation, une religion telle que définie par l'article 34 alinéa 8 de la loi du 29 juillet 1881.

[ note : Madame KACHANER fait là la démonstration que la loi qui réprime le racisme est maintenant utilisée pour protéger les racistes et les agissements de ces racistes, et que Madame KACHANER est bien à leurs ordres ]

De plus la phrase " les génocideurs se feraient passer eux-mêmes pour les victimes d'un génocide " est à l'évidence une contestation de crime contre l'humanité telle que prévue et réprimée par l'article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881. Ce texte réprime en effet ceux qui contestent un ou plusieurs crimes contre l'humanité tels que définis à l'article 6 du statut du tribunal militaire international annexé à l'accord de Londres du 8 août 1945 et qui ont été commis soit par les membres d'une organisation déclarée criminelle en application de l'article 9 du dit statu soit par une personne reconnue coupable de tels crimes par une juridiction française ou internationale.

[ note : la loi dite Fabius-Gayssot est utilisée par Madame KACHANER pour réprimer ceux qui s'opposent à un génocide en cours d'accomplissement. Madame KACHANER est visiblement complice des génocideurs, et sera un jour jugée, non pas pour une simple contestation d'un point de vue historique, mais pour complicité de génocide, ce qui valait la pendaison en 1945 ]

En effet, l'emploi du conditionnel met clairement en évidence que les juifs n'auraient pas été victime d'un génocide au cours de la seconde guerre mondiale.

[ note : les Juifs d'Amérique du Sud, des pays arabes, et tous ceux en général qui n'étaient pas sous l'occupation nazie, n'ont pourtant pas subi d'atteintes ]

Enfin, on notera en page trois des statuts le passage " le fait que l'ensemble des médias européens relaye depuis des années sans révéler sa véritable nature les communiqués de l'EUMC est la preuve que ces médias sont assujettis au mouvement sioniste dont l'EUMC n'est qu'une dépendance ".

[ note : Madame KACHANER prend là la défense d'une vulgaire officine de propagande dont le but est la guerre d'influence psychologique, l'interdiction de la critique réelle à l'égard de l'Etat d'Israël, la légitimation de la politique israélienne, soit de son génocide des indigènes de Palestine, et qui se fait passer pour une organisation de l'administration de l'Union Européenne. Madame KACHANER fait là la démonstration de son assujettissement ]

Les auteurs des satuts reprennent, ici les accusations fantasmatiques de mainmise par les juifs sur la presse et sur l'information qui ne serait qu'un vesteur qu'ils auraient asservi à leur dessein. Il s'agit d'une diffamation envers un groupe de personne, la communauté juive, ) raison de son origine, de son appartenance ou non appartenance à une race ou à une religion tel que défini par l'article 29 alinéa et l'article 32 alinéa 2 de la loi du 29 juillet 1881.

[ Madame KACHANER expose encore une fois son usage qu'elle fait de la loi qui réprime le racisme, pour clôre la bouche de ceux qui dénoncent des agissements racistes, tels ceux de l'Etat d'Israêl et de ses soutients, et expose par là, qui elle sert.

De plus, par l'emploi du qualificatif " phantasmatique ", elle se rapproche du comportement des policiers de l'ex-Union Soviétique, qui traitaient comme des malades mentaux, les opposants au régime ]

Le terme sioniste ne saurait dans le contexte des statuts dissimuler les intentions de l'auteur : il faut y voir une imputation dirigée contre l'ensemble de la communauté juive et de sa religion dont dérive la morale génocidaire ".

Pour bien comprendre les dérives des auteurs des satuts, il convient de rappeler que l'un des textes sur lequel il prétend se fonder est publié sur le site de l'" European Monitoring Center on Racism " soit l'Observatoire Européen des phénomènes Racistes et Xénophobes ".

[ note : lequel n'est qu'une officine sioniste de guerre par la propagande, que défend décidément ardemment Madame KACHANER ]

La phrase en anglais est la suivante " Applying double standart by requiring of it a behavior not expected or demanded of any other democratic nation " ( il n'y a pas de traduction officielle disponible ).

Son sens est donc " faire deux poids deux mesures en requérant de l'Etat d'Israël un comportement que l'on est ni en droit d'attendre ni en droit d'exiger de toute autre nation démocratique ".

Cette proposition n'est qu'un exemple d'antisémitisme parmi bien des comportements décrits dans un document qui s'attache à donner une définition fonctionnelle de l'antisémitisme afin de pouvoir rassembler des satistiques fiables en Europe. Encore faut-il préciser que cet exemple est ainsi que d'autres donné au conditionnel et que la liste des exemples d'antisémitisme en lien avec l'Etat d'Israël se conclut par le fait que les critiques de l'Etat d'Israël d'un niveai identique à celles formulées à l'encontre d'autres Etats ne peuvent être considérée comme de l'antisémitisme.

[ note : les propos de ce passage sont extrêmement graves, et seront portés en toutes langues, dont en premier en anglais, à la connaissance de tous, car ils contiennent le déni explicite par une magistrate du parquet de la réalité génocidaire de l'Etat d'Israël,
( une terre sans peuple, pour un peuple sans terre, selon la formule historique d'Israel Zangwill. Une terre sans peuple, soit dont la population indigène a été anéantie). C'est ce que veux cacher Madame KACHANER. En effet, il y a vraiment peu d'Etats qui se bâtissent sur la destruction totale d'une population originelle. Et il y a peu d'Etat à qui on peut reprocher actuellement ce crime. L'Etat d'Israël est le seul actuellement à le faire, avec la Chine au Tibet. Les Etats-Unis, l'Australie ont précédé Israël. Donc, selon Madame KACHANER, il n'y a pas à critiquer le génocide des Palestiniens par les Israéliens, puisque d'autres populations ont prospérées sur le génocide. Madame KACHANER légitime là l'acte de génocide. Cela est noté, cela sera très largement rapporté, cela sera sanctionné ]

Les auteurs des satuts ne sauraient tirer de la traduction précitée, ni de celle qu'ils ont réalisée que " Cela signifie en fait, puisque la norme morale en Israêl, légitime le génocide du peuple palestinien, que le génocide doit être la norme morale universelle, norme génocidaire donc naturelle, qui existerait chez tous les peuples " ( page 2 § 7 ).

Le syllogisme ainsi posé est totalement inexact et sans rapport avec le texte de l'observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes, qu'il prétend interprêter.

La création d'une association dont l'objet contrevient aux dispositions susvisées de la loi sur la presse, et notamment aux articles 24 alinéa 8, 24 bis, 32 alinéa 2 de la loi du 29 juillet 1881 présente donc un caractère illicite.

[ note : il est intéressant de se voir jugé par une personne, Madame KACHANER, qui légitime l'acte de génocide, et donc le racisme]

Cette association par l'antisémitisme qu'elle proclame, la provocation à la haine raciale envers les ressortissants d'Israël, est totalement contraire à l'ordre public. elle est une atteinte aux valeurs fondamentales de la constitution et des traités ratifiés par la France.

[ note : donc la France a ratifié des traités qui protègent les génocideurs et l'acte de génocide, et contester l'acte de génocide et dénoncer les génocideurs est contraire à l'ordre public ]

Son objet est contraire à l'article 3 de la loi du 1er juillet 1901. cette association est donc nulle et de nul effet.

Dans ces conditions, il est demandé au tribunal de prononcer la dissolution de l'association, prévue par l'article 7 de la loi susvisée, étant précisé que le délai d'un mois prescrit par la loi pour faire publier les satuts d'une association au journal officiel expire, en l'espèce le 2 juillet 2005.

Par ces motifs

Le Ministère Public requiert qu'il plaise au Tribunal le déclarer bien fondé en son assignation.

Vu les articles 3 et 7 de la loi du 1er juillet 1901

Juger que l'association intitulée " Compréhension et dépassement de l'idée de génocide CODEIG " est nulle et de nul effet comme ayant un objet illicite et contraire aux lois.

[ note : c'est donc illicite de lutter contre l'esprit génocidaire, c'est contraire aux lois. Madame KACHANER le dit là clairement ]

Prononcer, en conséquence, la dissolution de ladite ( sic ) association.

Pour le Procureur de la République

Sylvie KACHANER, Vice-Procureur.

 

Liste des pièces produites :

- pièces n° 1 : Courrier adressé par le Préfet de Police au procureur de la république.

- pièce n° 2 : Statuts de l'association CODIJ ( sic ).
( voir plus bas )

pièce n° 3 : texte édité par l'EUMC ( European Monitoring Centre on Racism and Xenophobia). Pas de traduction officielle de ce texte édité sur internet.
( voir le fichier : Un exemple du travail d'une organisation pseudo officielle européenne, l'EUMC, qui est une agence d'intoxication sioniste. ).

 

Statuts de l'association CODEIG ( constituant la pièce n° 2 de l'assignation ) :

 

Définition préliminaire de CODEIG

L'association «  Compréhension et dépassement de l'idée de génocide » CODEIG, est un outil pour le travail de compréhension et de dépassement de la morale génocidaire judéo-chrétienne.

L'association CODEIG par ses statuts, conformément à l'article 2-4 du code de procédure pénale, disposera de l'exercice des droits reconnus à la partie civile en ce qui concerne les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité, à compter du délai de cinq ans après le dépôt de sa déclaration en préfecture.

Exposé de l'objet de CODEIG :

Il y a très longtemps, bien avant la venue de l'homme sur la planète Terre, bien avant même l'apparition des premiers animaux, des insectes, existaient des formes de vie " collaborantes ".

Ces formes de vie, au lieu de se combattre, s'unissaient, se liaient entre elles, afin de se renforcer, de se complexifier, de s'améliorer, de s'épanouir. C'est la forme d'être collaborant qui permit à la vie de se complexifier et de passer des formes de vie simples aux formes de vie complexes, formées par la réunion de plusieurs formes de vies individuelles, qui étaient séparées, à l'origine.

Puis, un accident survint, une maladie, une malformation apparue au cours de l'enchaînement des mutations des formes de vies se succédant les unes aux autres. Pour la première fois sur la planète Terre, une forme de vie non collaborante apparut, une forme de vie fondée sur la concurrence, sur l'antagonisme.

Les vies collaborantes qui occupaient jusque là toute la planète, ne purent résister à cette forme de vie nouvelle à laquelle elles ne pouvaient que proposer leurs propres apports et non s'opposer, ce qui rendait encore plus forte cette forme de vie concurrente, et lui donnait encore plus de capacité pour détruire les formes de vies collaborantes qu'elle rencontrait, jusqu'à parvenir à les remplacer toutes par sa propre descendance, uniquement fondée sur la concurrence.

Commença alors le règne universel de la peur. La peur devint l'énergie qui alimenta les actes de tous. Chacun agit uniquement par peur, celle des autres. La peur fut et reste jusqu'à présent la motivation unique des agissements de tous. La peur se renforça perpétuellement de la peur, et chacun devint dépendant pour exister du sentiment de peur, sans lequel il se transforme en un pantin auquel on a coupé les fils qui le maintiennent et qui le font mouvoir. Il fallait avoir peur pour trouver l'énergie de vivre, et vivre eut pour but de ressentir le sentiment de peur.

C'est ainsi que s'établit sur la Terre , la concurrence comme mode d'être, comme détermination morale, et c'est le stade final de cette phase de l'histoire que nous subissons, soit la destruction générale de toute vie, destruction totale qui ne peut être que le seul aboutissement de la concurrence, où le vainqueur n'existe que par ses vaincus, et disparaît lui-même lorsqu'il n'y a plus rien à vaincre.

Ce qu'on nomme maintenant l'effet de serre, le réchauffement, n'est que le fruit de ce mode d'être concurrent, et rien ne pourra empêcher l'effet de serre de progresser, et d'aller en s'amplifiant, jusqu'à rendre rapidement toute vie impossible sur Terre, sinon l'abandon de la forme d'être concurrente. C'est de même cette forme d'être concurrente qui est la cause de la prolifération extraordinaire de l'humanité, des développements des maladies immunitaires et des cancers ayant pour origine l'empoisonnement massif de l'environnement dû à ce mode d'être.

L'aboutissement de la morale de la peur, de la concurrence qui est à l'origine de la peur, se nomme la morale génocidaire, morale qui domine l'humanité actuelle , et qui s'est particulièrement épanouie dans le monde occidental, lequel domine toute l'humanité, monde occidental dont la structure mentale, la colonne vertébrale psychique est le judaïsme, et son premier schisme : le christianisme, un schisme de continuation expansionniste, et à un degré infiniment moindre, l'islam, qui est le second schisme du judaïsme, un schisme d'opposition expansionniste.

Cette morale génocidaire judéo-chrétienne apparaît maintenant enfin clairement exprimée et extériorisée à la lumière du jour dans un texte dont l'importance est capitale.

C'est un texte de travail édité sur l'Internet par l'organisation EUMC ( European Monitoring Centre on Racism and Xenophobia ) ( http://www.eumc.eu.int ), l'une des multiples agences de propagande sionistes, celle-ci étant camouflée en organisation officielle de l'Union européenne.

Ce texte expose entre autres que c'est être antisémite et pour cela susceptible d'être poursuivi comme criminel en justice, si vous reprochez à l'Etat d'Israël de ne pas adopter une norme de comportement qu'on n'exige pas des autres Etats ( " Applying double standards by requiring of it a behavior not expected or demanded of any other democratic nation " ).

Cela signifie en fait, puisque la norme morale en Israël légitime le génocide du peuple Palestinien, que le génocide doit être la norme morale universelle ; norme génocidaire donc naturelle, qui existerait chez tous les autres peuples.

Le concept de génocide a été défini par son créateur, Raphaël Lemkin, un juriste juif polonais réfugié aux USA, en 1944, comme la disparition programmée d'une population, par la destruction de son identité en tant que peuple, destruction qui n'est pas forcément physique, mais de ses structures économiques et culturelles, de ses institutions sociales et politiques, de sa mémoire historique, de son langage, de la sécurité personnelle, de la liberté, de la santé, de la dignité, et même des vies des individus qui le composent, ce qui est la situation vécue par le peuple de la Palestine occupée par les envahisseurs colonisateurs juifs sionistes. Raphaël Lemkin prenait d'ailleurs comme exemple type, la colonisation de peuplement.

Mais à ces crimes se rajoute ce que n'avait pu imaginer Raphaël Lemkin, le fait que les Juifs sionistes effacent les traces matérielles de l'existence passée de leurs victimes en Palestine, et même, effacent de la mémoire et de la conscience des autres peuples, l'existence passée et présente du peuple de Palestine, en falsifiant l'histoire passée et présente de cette région.

De même, Raphaël Lemkin n'a pas imaginé que les génocideurs se feraient passer eux-mêmes pour les victimes d'un génocide, et terroriseraient le monde entier, en prenant cela pour prétexte pour criminaliser et poursuivre en justice tous ceux qui les dénoncent pour ce qu'ils sont, soit des authentiques génocideurs, et les plus accomplis d'entre-deux.

L'esprit de la définition de Lemkin transparaît dans la Convention de l'ONU du 9 décembre 1948 pour la prévention et la répression du crime de génocide, dans l'article 211-1 du code pénal français, et dans les articles 6, 7 et 8 traitant du génocide, des crimes contre l'humanité, et des crimes de guerre, développés dans les statuts de la Cour pénale internationale.

On se trouve, en ce qui concerne la Palestine , face à un crime contre l'humanité inédit, unique, incomparable et inouï, face à ce qu'on peut considérer comme la quintessence du génocide. L'étude du génocide de Palestine mène à la compréhension de l'origine même de l'idée de génocide.

En fait c'est la norme morale israélienne qui s'impose au monde entier. On en a la preuve à travers le texte de l'EUMC, norme morale qui légitime l'élimination d'autrui, en masse ou individuellement. La morale génocidaire devient donc par le fait du judéo-sionisme, la norme humaine unique universelle.

Cette norme d'idée sous-jacente à l'esprit judéo-chrétien craque enfin sa gangue épaisse d'hypocrisie constituée des " Droits de l'homme et du citoyen ", " Droits de l'homme et du citoyen " qui ne font qu'enrober le désir et la détermination de dominer, d'exploiter et d'éliminer tout autre que soi-même.

Il est important de remarquer que les autorités de L'Union Européenne n'ont pas à ce jour exprimé un démenti à ce texte de l'EUMC, qui à été présenté dans les médias en mai 2005 comme élaboré par l'administration de l'Union.

Le fait que l'ensemble des médias européens relaye depuis des années sans révéler sa véritable nature, les communiqués de l'EUMC, est la preuve que ces médias sont assujettis au mouvement sioniste dont l'EUMC n'est qu'une dépendance.

Il est de même important de relever la position du parquet de Paris, lequel a devancé la diffusion du texte de l'EUMC depuis des années, par la voix de l'actuel Procureur général près la Cour d'appel de Paris, M. Yves BOT, qui est l'ancien procureur de la République à Paris, à l'instar de l'actuel président de la 17 ème chambre du Tribunal de grande instance de Paris, le juge Nicolas Bonnal, 17 ème chambre qui est celle de la répression idéologique du régime actuel, M. Nicolas Bonnal ayant exprimé dans une ordonnance de jugement le 16 novembre 2004, portant condamnation pour antisémitisme et négationnisme, qu'il était diffamatoire d'accuser de génocide et de crimes de guerre les Juifs israéliens.

On peut voir là que la justice française est la justice extra-israélienne la plus parfaitement soumise au mouvement sioniste mondial. Ceci indique aussi la prédominance du mouvement sioniste dans le monde occidental, et plus généralement sur toute la planète, puisque l'Occident domine la planète.

La justice française est non seulement complice du génocide en cours de perpétration par les Juifs sionistes du peuple de Palestine, mais on peut dire que le fond de cette justice, et celui de la mentalité de ses magistrats, est génocidaire. Le juge du siège à Paris M. Nicolas Bonnal, le procureur général près la Cour d'appel de Paris M. Yves Bot, sont des propagandistes actifs de l'esprit génocidaire qui domine mondialement, au-delà de leurs actions en faveur du génocide de Palestine.

Le Palais de justice de Paris, qui sous le couvert du mot justice prône et propage l'idée de génocide en tant que morale et loi universelles, devrait être débaptisé et renommé : " Palais de la diffusion de l'esprit de génocide ".